Imprimer
Catégorie : Expérience
Affichages : 247
 
Notre Président, Emmanuel Macron, a lancé une grande consultation nationale où chaque citoyen français est libre de donner son avis.
J'ai donc accompli mon devoir de citoyen et me suis empressé de répondre à ses questions.
J'ai pu apprécier, pour chaque thème, la possibilité d'ajouter des commentaires, avis ou suggestions sur des points particuliers. J'ai n' ai pas pu m'empêcher d'aborder le thème de la pharmacie.
Je reporte donc ici le fond de ma pensée, et vous le fait partager. A bon entendeur (et à défaut)...
 
 

Y a-t-il d'autres points sur la démocratie et la citoyenneté sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Liberté, Egalité, Fraternité

A propos d'emploi...

Pharmacien diplômé depuis 1997, j'ai été aussi bien adjoint que titulaire installé, propriétaire de mon officine. Cependant, déçu par l'orientation mercantile que prend la pharmacie d'officine, je souhaite me reconvertir, depuis une dizaine d'années. J'ai même passé un diplôme complémentaire à l'EM Lyon pour y parvenir, en vain. Les laboratoires pharmaceutiques ne veulent pas de moi, les mutuelles et autres intervenants de la santé non plus. Pole emploi est incapable de m'aider. Je dois donc me contenter d'un poste de pharmacien adjoint peu gratifiant, ennuyant et déprimant pour nourrir ma famille.

Force est de constater, Monsieur le Président, que même en traversant la rue, il n'y a pas de travail pour tout le monde.

Que proposez vous pour changer cet état d'esprit bien français qui range les gens dans un tiroir dès qu'ils ont un diplôme et qui leur interdit d'en sortir ?

 

A propos du métier de pharmacien d'officine...

Parmi les nombreuses pistes que j'ai explorées avant de penser à me reconvertir, toutes m'ont montré les limites de ma profession. Certes, la pharmacie d'officine a le monopole de la distribution du médicament, ce qui est un avantage et un inconvénient.

Aujourd'hui la législation a évolué concernant notamment la vente en ligne des médicaments. Mais pourquoi un site de vente doit il obligatoirement être adossé à une officine physique ? Un pharmacien peut très bien gérer une officine virtuelle tant qu'il est en ordre de ses inscriptions à l'Ordre et à l'ARS.

Dans le même registre d'idée, pourquoi un pharmacien doit il obligatoirement acquérir une pharmacie (hors de prix) pour exercer son art ? Les médecins peuvent bien se spécialiser de leur coté, qu'est ce qui empêche un pharmacien de devenir spécialiste de la délivrance en homéopathie et de ne délivrer que ce type de médicaments ? ou encore spécialiste des plantes (ancien métier d'herboristerie)?...

Ce métier est centré sur la vente des médicaments chimiques et des produits de santé et de soins, point de salut autrement. Que faut il faire pour le voir évoluer ?

Les dernières missions qui nous sont attribuées restent de la poudre aux yeux, nous n'avons pas matériellement le temps de nous y consacrer. Les marges sur les médicaments ont diminué, il nous faut compenser par du volume, donc moins de conseils et de temps à consacrer aux malades.

Ce qui m'amène donc à la reconversion puisque aucune alternative n'est envisageable sans racheter une licence et que les possibilités d'évolution de carrière en tant que adjoint sont nulles.

 

A propos de l'obligation d'avoir une mutuelle complémentaire...

Je suis obligé de cotiser pour une mutuelle dans mon entreprise, et en même temps je cotise à celle de mon épouse qui possède une bien meilleure couverture de santé.

Comment se fait il que je ne puisse supprimer ma mutuelle d'entreprise, alors que je peux justifier d'une autre complémentaire ? (j'en ai fait la demande, on m'a répondu que cela n'était pas possible).

 

Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Je n'ai jamais compris pourquoi les médicaments non remboursés avaient une TVA à 10% et voyaient leurs prix s'envoler, alors que les livres ont une TVA à 5.5% et ont un prix encadré... Qu'est ce qui empêche la sécurité sociale de mettre en place un taux de remboursement à 0% que les mutuelles pourraient prendre en charge si elles le souhaitent. Le prix resterait abordable pour les payeurs.

 

Y a-t-il d'autres points sur l'organisation de l'Etat et des services publics sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Dans le cadre de la création d'entreprise, les aides ne fonctionnent pas pour tous les secteurs d'activité. Pourquoi ? (j'ai vécu cela lors de ma reprise de pharmacie).

Pourquoi devons nous payer des taxes et impôts avant de commencer à gagner de l'argent ?

La France est à l'origine du mot "entrepreneuriat", repris mondialement, mais force est de constater que son administration ne le facilite pas...

 

Y a-t-il d'autres points sur la transition écologique sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Sur le production d'énergie...

Quitter le nucléaire n'est pas pour moi la solution. Ma thèse avait pour sujet l'étude comparée pour la santé publique des productions d'énergie nucléaire et thermique (charbon, fuel, gaz). Le thermique reste le plus polluant. La difficulté du nucléaire est le stockage des déchets. Hors le meilleurs incinérateur reste le soleil. Je ne comprends pas pourquoi personne n'a envisagé la fabrication d'un ascenseur spatial (hautement sécurisé) pour éliminer nos déchets de cette manière.

En attendant il faut les enfouir profondément sous terre dans des sites dépeuplés et essayer de développer des énergies renouvelables mais souvent dégradantes pour le paysage (barrages, champs d'éoliennes...). 

 

Sur la gestion du plastique...

Pourquoi ne pas interdire définitivement la matière plastique ? Je prends pour exemple mes malades qui viennent à la pharmacie chercher leurs traitements sans sac, systématiquement. La moue qu'ils font quand on leur propose un sac en papier. Il y a encore un gros travail d'éducation à faire... Et interdire le plastique est ses dérivés est déjà un commencement.